Portrait

Comment une jeune technicienne biologiste, tout juste sortie d’un Master d’Éthologie, se retrouve à passer 14 mois en Antarctique ? Quand on m’a demandé pourquoi je voulais partir étudier les manchots, j’ai répondu….

chardo_elo

L’acquisition de connaissance sur la faune sauvage a guidé l’ensemble de mon parcours. J’ai passé mon temps à courir après les oiseaux d’ici et d’ailleurs. Et comme il y a toujours davantage à apprendre, je suis déterminée à continuer dans cette voie. Et puis, j’ai envie de vivre quelque chose de différent avec des personnes de tout horizon, d’échapper à la métropole et d’en revenir un peu changée.

J’ai ainsi été recrutée par l’Institut Polaire Français Paul Émile Victor (IPEV) en Volontariat Service Civique (VSC) et formée par l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC) de Strasbourg. Je vais travailler sur les stratégies adaptatives et la dynamique de population des manchots face aux changement globaux (prog. 137 Ecophy). Je ferai partie de la 67ème mission à hiverner en Terre Adélie sur la base Dumont d’Urville (DDU).

2011-2016 J’obtenais un BTS Gestion et Protection de la Nature, une Licence professionnelle Espaces Naturels et un Master recherche en Écologie-Éthologie. Septembre 2015 Je décidais que je postulerai pour partir dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Janvier 2016 J’envoyais mes candidatures via l’IPEV. Mai 2016 Je passais un entretien à l’IPHC de Strasbourg. Juin 2016 Je recevais une réponse favorable (moment d’euphorie) et enchainais sur des tests médicaux et psychologiques. Juillet 2016 Je prenais connaissance de mon affectation en Terre Adélie. Septembre 2016 Je commençais une formation à Strasbourg. Octobre 2016 J’étais prête pour le (grand) départ.