Le chant des empereurs

Un rendez-vous quotidien. Chaque jour, inlassablement, je charge la pulka. Je descends la piste vers le hangar bleu puis je continue sur la mer de glace, jusqu’à l’ouest de l’île de Lamarck. Elle est devenue « ma » manchotière. Celle que j’ai observé des heures. Peut-être deux cent, peut-être trois cent ? Celle autour de laquelle j’ai tourné autant de fois. Celle que j’ai vu grandir, celle ou j’ai vu les femelles pondre, passer l’œuf au mâle et puis partir. Celle que j’ai vu se recroqueviller et être réduite au silence des couvreurs. Celle où j’ai vu les premiers œufs éclore, les poussins piailler sur les pattes des adultes. Les femelles revenir et les mâles partir à leur tour après quatre mois de jeûne.

Une si longue histoire.

DDU_EMP_PhotoColony_2017.06
La manchotière au cœur de l’hiver : les mâles en incubation (juin).

Il y a eu ces couples qui prennent des blocs de glace entre les pattes avant même que le premier œuf ne soit pondu. Il y a eu ces manchots qui tombent avec leur œuf et j’ai compris que quoi qu’il arrive ils s’appliquent à le garder entre les pattes : ils se redressent avec leur bec et leurs ailerons, puis avancent à petit pas comme si de rien n’était. Il y a eu ce jour où la tortue s’est descindée et où les trois milles couvreurs se sont mis à défiler en direction du glacier. Il y a eu le retour des inemployés curieux dont le partenaire a perdu l’œuf où le poussin : ils reviennent en parfait embonpoint, errent dans la manchotière et s’approchent d’eux-mêmes très près. Les empereurs me surprendront toujours.

Mais que fais-je exactement pour passer autant de temps autour de la manchotière ? Un des objectifs du programme 137 est d’améliorer les connaissances sur la communication acoustique des manchots empereurs.

Le chant des manchots empereurs est une succession de syllabes entrecoupée de silences :  chant_emp

Il a été mis en évidence que chaque individu possède un chant unique et stable. Les manchots empereurs n’ont pas de territoire fixe et le chant leur permet de se retrouver dans la manchotière. Lorsqu’on émet le chant d’un individu, son partenaire s’approche et répond à son tour alors qu’il ne réagit pas aux autres chants. L’information de l’individualité se trouve dans chaque syllabes (le chant n’est pas obligé qu’être complet pour être reconnu) (Jouventin, 1979) et la présence de deux notes fondamentales émises simultanément est nécessaire à la reconnaissance (Aubin, 2000).

Ainsi le chant du manchot est une sorte de « signature individuelle » qui pourrait également contenir des d’informations spécifiques, par exemple sur la qualité de l’individu (condition physique, âge… ?) et être utilisé dans le choix d’un « bon » partenaire.

Toutes ses questions restent néanmoins inexplorées pour le moment. C’est pour cela que j’enregistre le chant des manchots marqués tout au long de la saison. Les chants enregistrés alimenteront une base de données qui sera utilisée pour répondre à ces diverses questions.

DSC_7573-DEVLR
Enregistrement d’un manchot avec un enregistreur et un microphone parabolique (photo : S. Pallas).
_ONN7829
Retour vers la base après une session de terrain (photo : F. Mariotti).
Publicités

Une réflexion sur “Le chant des empereurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s