Equipement de logger-GPS

 

  • Aymeric et Clément pour Elodie, la femelle 350 est sortie en bas de la colonie, appelais-je à la radio.

Je scrute l’écran de l’ordinateur qui renvoie toutes les détections enregistrées sur les passerelles d’Antavia. La colonie est située dans un canyon fermé naturellement par un relief rocailleux et pentu. En haut et en bas est installé un grillage qui guide les manchots Adélie vers des passerelles de sorties. Ces dernières sont reliées à tout un système électronique qui est conçu pour détecter les transpondeurs (rappel : puce électronique comme celles des chiens et chats) et reconnait individuellement chaque manchot.

transpondeurLes transpondeurs sont implantés au niveau de la cuisse des manchots lors de sessions de transpondage.

A chaque passage sur les passerelles, le numéro du manchot est renvoyé sur nos ordinateurs et nous savons donc à tout moment qui rentre ou quitte la colonie.

paserelle

sortie-manchotDeux manchots quittent la colonie par les passerelles

L’ordinateur émet une alarme caractéristique : un manchot que nous suivons est sorti.

  • Le mâle est rentré et le couple a switché, il faut équiper ! Précisais-je avant de me précipiter vers l’extérieur.

Je cours. J’entends le bruit métallique des passerelles sous mes pieds. L’air frais s’engouffre au creux de mon cou et de mes poignets. La colonie est située à une centaine de mètres de Biomar et il faut se dépêcher avant que le manchot ne s’éloigne vers la banquise. Mes deux collèges ont entendu l’appel via la radio et sont également en route.

Pour la thèse d’Aymeric, nous équipons certains manchots de logger, sorte de petites balises avec un GPS, un capteur de pression,  un thermomètre et un accéléromètre (mesure accélération lors de la plongée). L’idée est de suivre des jeunes reproducteurs et des reproducteurs plus vieux et expérimentés afin de savoir s’il existe des différences dans la stratégie de nourrissage (lieu de pêche, efficacité de la chasse, etc.)

Il faut maintenant repérer le manchot sorti de la colonie et une fois attrapé, nous prenons différentes mesures et échantillons (plumes, sang…) qui nous renseigneront sur son état général. Les prises de sang permettent par exemple de déterminer son sexe, d’étudier son régime alimentaire et de déceler des contaminants (ex : mercure).

mesureMesure du bec d’un manchot

Viens ensuite la pose du logger. Cette fois-ci, je maintiens le manchot sur mes genoux avec une capuche sur sa tête pour le tranquilliser pendant qu’Aymeric s’occupe de la fixation du logger sur son dos.

  • La colonne est là ! indiquais-je pour qu’il positionne le logger dans l’alignement des vertèbres.

Ciseaux, couper les bandes de tesa, soulever les plumes, passer les bandes dessous, poser le logger et ramener les bandes pour le maintenir… une succession d’actions bien précises sont à effectuer. Le logger ainsi collé sur les plumes peut rester fixé sans problème une dizaine de jours.

resultat

Résultat de la pose du logger: les bandes noires de tesa permettent la fixation sur les plumes.

Le manchot est ensuite relâché à l’endroit de sa capture. Je rentre soulagée que la pose se soit bien passée. Nous terminons la manip’ au laboratoire en traitait les échantillons récoltés sous quelques airs de guitare joués par Victor, statisticien du programme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s