Sur le départ

Paris. Dernier contact physique avec la civilisation de métropole. Au cours de ce mois-ci, j’ai pu rencontrer de nombreuses personnes étant parties ou allant repartir pour une mission dans les TAAF. Demain le grand départ ! Un peu comme une évidence. Alors comment se rend-t-on en Antarctique ?

Je vais prendre trois avions,
Paris –  Hong Kong (11h35 de vol)
Hong Kong – Melbourne (9h15 de vol)
Melbourne – Hobart  (1h15 de vol)

Puis l’Astrolabe, le navire qui assure le ravitaillement des bases en Terre Adélie.
Hobart – DDU (environ 7 jours de traversée)

Merci à tous ceux que j’ai eu au téléphone ces derniers jours et qui m’ont souhaité « bon voyage » :). Je vous dis à bientôt depuis l’Astrolabe (si la connexion me le permet).

Publicités

Séminaire des hivernants

Le séminaire des hivernants, c’est quand le mécano-centrale se met à parler physique quantique, le plombier-chauffagiste projette de kidnapper des manchots et le cuisinier vieille à ce que la biologiste mange bien végétarien ;)… ou un melting-pot ambiance classe de collège qui se retrouve dix ans après.

C’est surtout l’occasion pour l’IPEV,  organisme public de moyens qui supporte la recherche dans les pôles (notre « employeur ») de nous présenter les spécificités du Subantarctique et de l’Antarctique : conférences, formation aux risques d’incendie et rencontre avec nos futurs camarades d’hivernage. Une semaine à cent à l’heure qui contraste indéniablement avec « la routine de l’attente ». Déjà, un autre monde !

Team Manchot

IPHC Strasbourg. J’y suis ! Que fais-je ?

Semaine de formation avec l’équipe scientifique du programme 137. Bibliographie autour des deux espèces que je vais étudier : manchot d’Adélie et manchot empereur. Préparation de matériel informatique et électronique qui sera envoyé sur le terrain durant l’été austral. Discussions animées avec mes collègues VCS de la Team Manchot (futurs hivernants à Crozet, archipel subantarctique).

Ici une bonne partie des chercheurs semble avoir attrapé un virus austral qui les a un jour ou l’autre entraînés à l’extrémité Sud du pôle.  Et moi, je ressens ce petit bonheur de faire à nouveau partie d’une équipe de recherche et je suis alimentée au compte-goutte par ces nouveaux pixels qui affinent le futur.

Tu partiras en bateau à R0 (rotation d’été). Il y aura au moins 7 jours de traversée (briser la glace prend du temps). Tes cantines arriveront un mois après (j’espère que tu as tout prévu). Tu travailleras dans un bâtiment appelé BIOMAR (biologie marine). Tu télécommanderas un robot-manchot pour identifier à distance les empereurs pucés (prototype sans ailerons mobiles). Tu utiliseras un système de détection des puces électroniques fabriqué par les électrotechniciens du labo (certains ont aussi hiverné et sont passionnés d’ornitho).

Satisfaction que tout maintenant s’enchaîne (ok). Décantation des informations sur la mission (eeeeeen cours). Séminaire à Brest pour rencontrer les camarades d’hivernage (à venir).

PS : Je quitte la France le 18 octobre