La routine de l’attente

Les malles parties. Le passeport refait. Les papiers envoyés. L’objectif 300 commandé. Les mitaines-moufles toujours en attente. Il reste peu de choses avant le début, le vrai. Celui qui me mènera à Strasbourg pour trois semaines de formation.

Quand vous partez pour si longtemps, si loin, il y aura toujours quelque chose auquel vous renoncerez. Il faut accepter que les choses vont changer sans vous, et que vous changerez sans elles. Je regardais les joggers courir, la mer en Bretagne, les immeubles dans Paris, les bouchons sur l’autoroute. J’ai pensé au goût des smoothies à la banane, à mon Nougat sur mes jambes et à un garçon quelque part. Puis j’ai compris que les joies et les peines passées ne me quitteraient pas, je les emmènerais avec moi.

Après avoir déjà expliqué cent fois mon départ, après avoir été prise dans le tumulte des préparatifs, voilà que se dessine l’imperceptible.

« Demande-toi comment ce sera » me proposait mon autre sœur.

Les manchots ne seront pas tendres mais étonnants. Le travail sur le terrain me demandera beaucoup d’application. Il y aura des chaufferettes pour mes doigts congelés. Le temps passera aussi vite que le disait mon prédécesseur. Comme tous les autres hivernants, nous attendrons patiemment le courrier et les produits frais. A vrai dire, je suis certainement très loin de percevoir l’avenir qui m’attend.

La surprise,
la stabilité,
l’admiration pour la nature,
et les hommes ?

Ainsi suis-je bien pensive dans la routine de l’attente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s